Biographie

Diplômée des Beaux Arts de Quimper en 1999, Alienor Welschbillig s’installe à Vannes et y expose « Cyclope » au musée de la Cohue. Cette œuvre signe déjà la recherche sur cette vibration qui s’alimente d’un point d’énergie primordiale. En 2001 elle installe une œuvre pour la chapelle St Conogan en Bretagne qui se nourrit de cette émotion et qui lui permet d’approfondir cette recherche de la ligne dans l’espace.
En 2003, dans le cadre d’une exposition à Bergerac, elle présente son travail qui s’inscrit en résonnance avec ses premières œuvres. La concentration des lignes de fil génère le mouvement et fait vibrer la matière, comme un champ magnétique.
C’est en 2012 qu’elle bénéfice d’un atelier à Ginkgo à Troyes lui apportant ainsi un nouvel espace de création. Là, elle se confie davantage dans ses œuvres où l’observation de la Nature, du corps et du monde qui l’environne viennent produire une sensation qu’elle transcrit dans les matériaux. Son corps comme réceptacle sensible, interface entre le monde extérieur et le monde intérieur.